Après la conquête de la Grèce au IIe siècle avant J.-C., les riches Romains adoptent un mode de vie nouveau. Grâce aux fouilles faites en Italie, notamment à Pompéi, et aux textes des écrivains de l'époque, nous connaissons dans leurs moindres détails, les maisons romaines du 1er siècle. Le plan de base de la maison romaine (Le Domus) de la e supérieure s'organise autour d'une pièce centrale appelée "atrium", sur laquelle donnent toutes les pièces d'habitation : entrée, vestibule (Vestibulum), des chambres à coucher (Cubicula), une salle à manger (Triclinium), un bureau (Tablinum) où le chef de famille écrit, fait ses comptes et garde ses richesses. Au-delà du Tablinum, les Romains étendent leur surface d'habitation par une deuxième maison reliée à la première par un corridor (Fauces) et un jardin entouré de colonnes (Péri). Nous savons que les habitations romaines situées dans le Nord de l'Empire, exposées à un climat plus rude, étaient plus fermées que celles de l'Italie. Elles ne différaient cependant pas de celles-ci par la décoration et le mobilier. Les murs intérieurs disparaissaient sous des peintures dominent le rouge, le noir et le jaune, sont des revêtements de marbres rares importés de Grèce ou d'Orient. Les fresques en trompe l'œil, témoignent du goût pour les thèmes mythologiques qui exaltent les valeurs des Romains : le courage (Virtus), la loyauté (Fides), la piété (Pietas) et le mariage (Conjugium). De même, le sol de toutes les chambres est couvert de mosaïques compliquées ou de marqueteries de marbres. Les intérieurs romains offrent à l'œil un aspect très riche. L'art du meuble est parvenu à un très haut degré d'excellence : meubles de bois, de bronze et de marbre, dont les formes sont empruntées à la Grèce. Certaines maisons possèdent un hypocauste, c'est-à-dire un foyer souterrain dont la chaleur se répand dans les murs et sous les parquets de mosaïques par des conduits de terre cuite. Par les grands froids, on ajoute à ce chauffage central insuffisant des réchauds à charbon de bois, fixes ou roulants, qu'on place dans les chambres. L'hiver les Romains prennent leur repas dans une salle à manger de préférence peinte en noir car les murs se couvrent rapidement de fumées et de suie (Vitruve, De architectura, VII, 4). L'éclairage plus rudimentaire ne comporte que des lampes à huile, placées sur les tables ou suspendues à d'élégants candélabres. La plupart des Romains utilisent les nombreuses fontaines publiques et les eaux de pluie provenant des toits par "Compluvium" vers l'Impluvium (bassin), et les plus riches maisons possèdent un accès à l'aqueduc. Les salles de bains sont rares car le Romain préfère se rendre aux thermes pour se laver, se détendre et faire du sport tout en rencontrant connaissances et amis. Les toilettes se trouvent dans la cuisine, seule pièce dotée d'une évacuation vers les égouts. Dans toutes les maisons les habitants installent un autel destiné aux cultes domestiques (Lararium) : les "Pénates" protégeant les réserves alimentaires, les "Lares" la famille, le "Genius" sous forme de serpent, le maître de maison. Les mœurs romaines se sont introduites et implantées en Gaule, de même que la langue latine et le costume drapé (la toge).