L’orgue.
L'orgue est le plus ancien instrument de musique à clavier dont les caractéristiques sont de produire des sons à l’aide de tuyaux sonores alimentés par une soufflerie, et accordés suivant une gamme définie (principe de la flûte). La préhistoire mythologique de l’orgue commence avec la figure grecque du satyre Marsyas, un joueur d’aulos, le "patron" des futurs organistes, qu’on sait avoir été en lutte avec Apollon, le "patron" des joueurs de lyre, et donc des clavecinistes modernes et des harpistes. Le premier orgue a été inventé par un Grec d’Alexandrie, Ctésibios, au IIIe siècle av. J. C. Cet ancêtre fonctionnait avec de l'eau servant à égaliser la pression de l'air et reçut le nom d’hydraulos, ou hydraule, c’est-à-dire "l'aulos" qui fonctionne avec de l’eau. A Byzance, l’orgue devient un instrument de la pompe impériale après le transfert du siège de l’Empire romain. Un orgue a été offert par une ambassade de Constantin V, empereur de Byzance, à Pépin le Bref en 757 Du milieu du XVIIIe au début du XIXe siècles, l'orgue va complètement disparaître du registre musical (ainsi que le clavecin) au profit de l'orchestre symphonique. Au XIXe siècle, l'orgue renaît avec l'apparition du style musical romantique. Il n'existe pas deux orgues semblables, à l'exception des petits instruments d'étude fabriqués aujourd'hui en séries de quelques unités. Les flûtes ou jeux d'orgue à bouche, jeux de fonds et jeux de mutations utilisent le principe de la flûte à bec. L'air envoyé à travers une fente "la lumière", va heurter le "biseau", une pièce de plomb qui fera sifflet. La colonne d'air générée dans le corps du tuyau va entrer en résonance. Selon les lois de l'acoustique, plus le tuyau sera long, plus la fréquence de vibration sera lente et plus le son émis sera grave. Les jeux d'orgue "à bouche" produisent des sons doux et flûtés. Ce sont des jeux dont les tuyaux sont en bois de forme carrée, mais parfois ils sont en étain. Les jeux de fonds de l'orgue sont divisé en quatre grandes familles : - Les "flûtes bouchées" comprennant les bourdons et quintatons. - Les "flûtes de l'orgue à taille large" englobant flûtes et bourdons. - Les "principaux" dont la taille est moyenne sont les tuyaux en façade englobant les prestants, doublettes. - Les "Jeux à taille étroite" de l'orgue sont des sons mordants, qui vont rappeler les timbres des instruments à cordes. Certains jeux à taille très étroite vont jusqu'à imiter le violon. Des jeux de mutations et mixtures combinés aux fondamentales de l'orgue, vont "éclairer" leurs timbres à la manière d'un rayon de soleil filtrant à travers un vitrail : quinte (ou nazard), tierce, larigot (super quinte), cornets, pleins jeux...