Le Carnaval de Venise
Le mot carnaval est issu de l'italien "carnevale" qui provient du latin "carnelevare", signifiant littéralement "enlever la viande". En effet, le carnaval marque généralement dans la tradition chrétienne, l'entrée en carême, c'est-à-dire une période de jeûne et d'abstinence de quarante jours. Bien avant le carnaval, nos ancêtres avaient déjà pour habitude de se déguiser à certaines occasions. A l'image des fêtes saturnales chez les Romains ou des fêtes dionysiaques chez les Grecs, qui sont toutes deux des précédents historiques du carnaval. A l'origine, cette tradition archaïque marquait les cycles saisonniers et agricoles Le carnaval de Venise est une fête traditionnelle italienne remontant au Moyen Âge. Comme le Carnaval dans la Rome antique, l'institution du Carnaval par les es dominantes de Venise est généralement attribuée au besoin de la République Sérénissime afin de maintenir la population paisible et heureuse en lui offrant une période de loisirs et d'amusement. Outre une vocation civique, le carnaval permettait d'abolir les contraintes sociales. Le riche pouvait se faire passer pour un pauvre et inversement. Le port du costume autorisait une liberté impossible le restant de l'année. L'incognito procuré par les masques apparus dès le XIIIe siècle. L'arrivée massive des étrangers, parmi lesquels on pouvait compter des souverains, qui venaient pour profiter au maximum des amusements et des plaisirs, représentait une manne économique pour Venise doublée d'une réputation unique de liberté et de magnificence. Les couleurs, les formes, les costumes et les masques sont au rendez- vous. Dès le 10ème siècle, le peuple profitait un maximum des derniers jours précédant les mortifications du carême en se divertissant et en savourant les plaisirs et les joies de la vie. En 1094, le carnaval est mentionné pour la première fois dans une charte du doge Faliero de Venise. En 1269 un Edit du Sénat déclare la veille du Carême jour férié fête (mardi gras) et autorisant le déguisement. De même "la Fête des Marie", qui existe depuis 948, le 2 février est déplacée pour ouvrir le Carnaval. Au XVIIe siècle, dans la Venise baroque, le carnaval durait dix jours, pendant lesquels les habitants épuisaient leur appétit de fête et de débauche avant le Carême. Au XVIIIème siècle, le Carnaval, repris en main par la noblesse, atteint le sommet de sa splendeur, faisant ainsi oublier le long déclin de la République. Les raisons du succès et de la réussite du Carnaval de Venise depuis la étaient à la fois politiques et économiques. Son mythe s'est répandu dans toute l'Europe au XVIIIe siècle (œuvres de Canaletto, Francesco Guardi, Giandomenico Tiepolo et Pietro Longhi). Au XIXème siècle, sous l'occupation napoléonienne, le Carnaval fut interdit, puis rétabli, mais très encadré sous la domination autrichienne. Au XIXè siècle, le carnaval s'est embourgeoisé et a disparu dans les années 1970. A l'initiative d'associations de citoyens, de la municipalité de Venise, de La Fenice et de la Biennale de Venise, il fut relancé en 1979, prenant une tournure touristique et revêtant un enjeu économique important. C'est en 1980 que le Carnaval de Venise est officiellement et mondialement reconnu.