Signe du Triomphe.
L'invention des obélisques, ouvrages les plus simples de l'architecture des Égyptiens, doit incontestablement se reporter au temps de leurs premiers rois (Pharaon). On les appelait, en arabe, Messelets de Pharaon, qui signifie aiguilles de Pharaon. Ils prenaient une place importante dans l'architecture sacrée et établissait un lien entre le monde des dieux et le monde des hommes.. Les obélisques étaient censés d'agir comme une protection magique des monuments tels que les temples et les tombeaux. Dans la pensée religieuse des Égyptiens, les obélisques sont rattachés au culte de et d'Amon-Rê, le dieu Soleil, dont ils représentent symboliquement un rayon figé pour l'éternité. Il est composé de trois parties : Un piédestal, qui assure l'équilibre de l'ensemble, Un fût (le corps) quadrangulaire s'amincissant vers le sommet, Une cassure de la pente au sommet pour obtenir la forme d'une pyramide, c'est le pyramidion. Le corps de l'Obélisque, quadrangulaire d'une rigueur mathématique absolue s'amincissant vers le sommet et coiffé à son sommet d'une petite pyramide appelé pyramidion (benbenet en égyptien), est orné d'hiéroglyphes (symbole et textes) dédiés aux divinités ainsi qu'au pharaon qui l'avait fait construire. Tous les obélisques égyptiens sont des monolithes (une seule pierre à quatre faces) taillés dans le granite rose des carrières de Syène (aujourd'hui Assouan), en Haute-Égypte. Le pyramidion était recouvert d'électrum (alliage d'argent et d'or), symbolisant le dieu solaire, Rê. Les plus hauts d'entre eux atteignent une trentaine de mètres. On plaçait les obélisques sur un piédestal simple et carré, plus large que l'obélisque. Les obélisques ont, en effet, connu une grande vogue dans l'Antiquité et suscité les convoitises. Ils étaient par excellence le symbole de l'Égypte. Les Romains, devenus maîtres de l'Egypte, et jaloux d'orner leurs places publiques de semblables monuments, n'épargnèrent ni travail ni dépense pour en faire passer dans la capitale de leur empire. Mais Rome ayant été souvent exposée à l'irruption et aux ravages des peuples du nord, les nombreux obélisques qui la décoraient furent renversés et ensevelis sous les ruines. Rome conserve treize obélisques transportés depuis le 1er au 4ème siècle depuis les temples d'Égypte ou spécialement fabriqués pour Rome dans les carrières d'Égypte. Beaucoup d'obélisques ont été aussi amenés à Constantinople. Le plus célèbre était dans la partie de l'Hippodrome qui le partageait en deux moitiés, et qu'on appelait Media Spina. Au début du XIXe siècle, l'Europe occidentale a des désirs de monuments égyptiens. La campagne d'Egypte de Napoléon Bonaparte (1798-1801) a lancé la mode de l'Egyptomanie et Paris et Londres jalousent Rome et ses 12 obélisques. Une envie que Méhémet Ali, général ottoman à la tête de l'Egypte a bien comprise. En 1829 il décide d'offrir à la France deux obélisques pour son aide dans la modernisation du pays. A l'époque, offrir des monuments antiques comme cadeau diplomatique était monnaie courante !